Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Galaxie 109

 POUTINE - CONFÉRENCE DE PRESSE  SUIVANT LE SOMMET DU G20. 

6 Août 2017 , Rédigé par Chevalier de lumière Publié dans #Poutine

 
 
Hambourg, le 8 juillet 2017
Le Président de la Russie Vladimir Poutine répond aux questions des journalistes sur les résultats des deux jours du Sommet du G20.
 
Le Président de la Russie Vladimir Poutine :
Permettez-moi de faire l’impasse sur les déclarations et les monologues. Vous avez tout vu et entendu, une grande partie du moins. Venons-en directement aux questions. Allez-y, je vous en prie.
 
Question : M. le Président, aussi bien les experts que les gens ordinaires, dont certains manifestent près de ce bâtiment à présent, nourrissent des opinions différentes sur l’utilité des sommets du G20. Lors de ce sommet, par exemple, il y a eu davantage de discussion sur votre rencontre avec M. Trump. Et donc quel est le problème discuté par le G20 qui est le plus important pour la Russie ? 
Vladimir Poutine : le G20 est avant tout un forum économique, même si de nombreuses questions politiques et similaires émergent. Néanmoins, la principale question est le développement de l’économie mondiale, et c’est ce à quoi on a accordé le plus d’attention.
Nous sommes tombés d’accord sur la détermination des principes d’une économie mondiale durable, et il est vital de travailler selon les mêmes normes. Puis nous avons poursuivi avec la question qui avait en fait été soulevée à Saint Pétersbourg : le blanchiment d’argent et ce qui a trait aux paradis fiscaux et à l’évasion fiscale. C’est un sujet crucial avec des implications pratiques. Puis, non moins important et également lié à l’économie, une question qui y est liée et très importante – la lutte contre le terrorisme, le traçage des flux d’argent pour empêcher le financement du terrorisme.
Enfin, un sujet très important et sensible qui est le changement climatique. Je pense à cet égard que la présidence du G20 assumée par la République Fédérale d’Allemagne a réussi à parvenir au meilleur compromis possible dans une situation difficile dans laquelle le pays organisateur s’est trouvé, à savoir le fait que les Etats-Unis soient sortis de l’Accord de Paris sur le Climat. Un accord a été trouvé, un compromis, lorsque tous les pays ont pris connaissance que les Etats-Unis étaient sortis de l’accord, mais qu’ils étaient disposés à continuer de coopérer dans certains domaines et avec certains pays pour affronter les épreuves du changement climatique. Je pense qu’il s’agit d’un résultat positif en soi, qui peut être porté au crédit de la Chancelière Merkel.
Il y a d’autres questions que nous avons abordées. Par exemple, l’économie digitale. Ici nous avons proposé d’adopter des règles communes dans le domaine de l’économie digitale, de définir la cybersécurité et de concevoir un ensemble complet de règles de comportement dans ce domaine.
Nous avons dit aujourd’hui –  le Président de la République d’Afrique du Sud en a parlé de façon très convaincante ; en fait, cette question a été abordée dans pratiquement tous les discours et se reflète d’une certaine manière dans les documents finaux – que nous devrions être prêt à libérer notre main-d’œuvre, nous devons entreprendre des efforts communs, nous devons déterminer ce qui devrait advenir des travailleurs qui ont perdu leur emploi, comment arriver à les former à nouveau, quels sont les délais et quelles règles devraient être mises en place.
Entre autres, j’ai attiré l’attention sur le fait que les syndicats devront être mis à contribution parce qu’ils protégeront non seulement les salariés, mais également les entrepreneurs individuels opérant dans l’économie digitale, et le nombre de ces emplois ne cesse d’augmenter. Ceci est connecté d’une manière ou d’une autre aux droits des femmes et à l’éducation des filles. Cela a été discuté dans de nombreux forums, mais nous en avons parlé aujourd’hui dans le contexte de l’économie digitale.
En général, ce forum est certainement efficace, et je crois qu’il va jouer un rôle dans la stabilisation de l’économie mondiale en général.
 
Question : M. le Président, j’aimerais poursuivre sur le sujet abordé par mon collègue. Bien qu’il y ait eu beaucoup de sujets politiques au menu de ce sommet, ils continuent d’émerger de plus en plus souvent lors des sommets du G20, pourtant vous avez énuméré des questions économiques, qui restent de toute façon la priorité. De nombreux orateurs, ministres de différents pays responsables de l’économie, ont dit que 2017 pourrait devenir l’année de la croissance économique mondiale. A quel point est-ce faisable et cette croissance pourrait-elle se manifester en Russie compte-tenu des tendances défavorables – sanctions, restrictions et autres facteurs ?
Vladimir Poutine : Nous n’avons pas vu de tendances défavorables jusqu’ici, ou elles ont presque disparu en tout cas. Certains facteurs ont un impact négatif sur le développement économique, y compris sur l’économie mondiale, l’économie de la zone Euro et en Russie, il s’agit des mêmes restrictions illégitimes que vous avez mentionnées. Nous appelons à lever toute restriction, en faveur du libre-échange, de la coopération avec l’Organisation Mondiale du Commerce, en accord avec les règles de l’OMC. Soit dit en passant, un des sujets discutés ici a été le libre-échange et comment contrer le protectionnisme. C’est également un des domaines cruciaux qui devraient être mentionnés.
Dans l’ensemble, il y a quelques progrès. Cependant, les prévisions de croissance initialement optimistes ont été réduites. Néanmoins, il y a de la croissance, et elle est évidente, y compris en Russie.
J’ai dit et répété récemment ici que la croissance économique Russe est tangible, que l’économie Russe, et nous pouvons l’affirmer avec certitude, est sortie de la récession. Nous avons enregistré une croissance trois trimestres et bientôt quatre trimestres de suite. La croissance a dépassé 3 % en mai : elle était de 3,1 %. Je pense que nous aurons une moyenne de 2 % en 2017. C’est également une contribution significative à la croissance économique mondiale.
Laissez-moi vous rappeler que nous avons également un bas taux de chômage à 5,2 %, que nos réserves monétaires augmentent, y compris les réserves de la Banque Centrale et du Gouvernement. Les réserves de la Banque Centrale ont déjà atteint les 412 milliards de $. Les recettes du budget fédéral ont augmenté de 40 %, et tout cela se produit dans le contexte d’une inflation relativement faible de 4,4 %. Tout cela considéré ensemble nous rend certainement optimiste ; cependant, on ne peut pas dire avec certitude qu’il s’agisse d’une tendance à long terme. J’ai toute raison de croire que nous allons réussir à y arriver.
 
Question : M. le Président, votre rencontre avec le Président Trump a focalisé l’attention générale lors de ce sommet. Comment considérez-vous les résultats de cette rencontre ? Ce n’est pas un secret que le Président des Etats-Unis a pratiqué une rhétorique dure en Pologne, et il y a même eu quelques déclarations inamicales de la part des médias Américains à l’abord de ce sommet. M. Trump vous a-t-il questionné directement à propos de l’interférence de la Russie dans les élections (présidentielles) Américaines ? L’avez-vous apprécié personnellement ? Pensez-vous pouvoir vous entendre ?
Vladimir Poutine : Le Président des Etats-Unis m’a posé directement cette question, et nous en avons parlé. Et ce n’était pas une question unique, mais de nombreuses questions, et il a beaucoup insisté sur le sujet. La position de la Russie est bien connue et je l’ai rappelée. Il n’y a aucune raison de croire que la Russie ait interféré dans le processus électoral Américain.
Mais ce qui est important est que nous nous sommes mis d’accord qu’il ne devrait pas subsister d’incertitude dans ce domaine, particulièrement à l’avenir. Soit dit en passant, j’ai mentionné lors de la dernière séance du sommet que cela concerne directement le cyberespace, les ressources internet et ainsi de suite.
Le Président des Etats-Unis et moi nous sommes mis d’accord pour mettre en place un groupe de travail et entreprendre des efforts communs pour superviser la sécurité dans le cyberespace, assurer la pleine conformité avec les lois internationales dans ce domaine, et empêcher des interventions dans les affaires internes des pays. Cela concerne principalement la Russie et les Etats-Unis. Nous pensons que si nous réussissons à organiser cette affaire – et je n’ai aucun doute que nous y parvenions – il n’y aura plus de spéculations sur ce sujet.
Quant à nos relations personnelles, je pense qu’elles ont été établies. Voilà mon point de vue :l’image que la télévision véhicule de M. Trump est très différente de la personne réelle ; c’est une personne très terre-à-terre et directe, et il a une attitude absolument adéquate envers la personne à qui il s’adresse ; il analyse très vite les choses et répond aux questions qu’on lui pose ou aux nouvelles questions qui émergent en cours de discussion. Donc je pense que si nous construisons nos relations dans le fil de notre rencontre d’hier, il y a de bonnes raisons de penser que nous serons capables, du moins partiellement, de revenir au niveau d’interaction dont nous avons besoin.
 
 

Partager cet article

Repost 0